Le sigrimoire

Le cheval est un bon maître, non seulement pour le corps, mais aussi pour l’esprit et pour le cœur. Xénophon

1 2 >

Mes vacances dans le nord

Cette année, pour échapper à la canicule, les vacances c'était dans le "nord". A la base, je voulais aller voir Lilly Wood & the Prick en concert à Arras. Mais quand je me suis réveillée pour prendre les places, je me suis rendu compte que 1) c'était dans le cadre du Main Square Festival et 2) tous les billets étaient vendus et ceux aux enchères hors budget. Finalement je suis quand même partie en vacances par là, mais sans aller au festival - ce sera pour une autre fois.

Le programme :

Jour 1
Moulin de Pitgam - Bergues : ville, Beffroi, remparts - Lewarde pour visiter le centre historique minier mais arrivée 10 minutes trop tard :( - Etang de Palluel - Arras


Jour 2
Plage d'Ambleteuse - Cap Gris Nez

Jour 3
Ardres : village, étangs, friterie (fricadelle) - Calais et cité de la Dentelle - Cap Blanc Nez et plage

Jour 4
Saint Omer (au menu le midi dans la brasserie un trio welsh+carbonade+potjevleesch) - Promenade en bateau dans le marais audomarois (Au Bon Accueil à Salperwick)

Jour 5
Plage de Malo les Bains à Dunkerque

Jour 6
Plage de Bray-Dunes - balade à vélo de Bredene à De Haan (Belgique) puis longue balade à pied sur la plage


Jour 7
Bruxelles : Palais royal, parc, cathédrale, Grand'Place, Manneken Pis, gaufre et chocolats

Jour 8
Plage à Bredene

Jours 9 et 10
Amsterdam : balades à vélo le long des canaux, Vondelpark, boutiques, promenade en bateau commentée, fondue au fromage hollandais et bière au café Bern, défilé de calèches en costumes à la nuit tombée




Les campings : Le Bal à Tournehem sur Hem (prononcer "tournan") : petit, pas cher, très bon accueil et tranquille / Camping municipal les Dunes à Bray-Dunes : sanitaires très bien tenus / 't Rietveld à De Haan : très bon accueil / Zeeburg à Amsterdam : pratique

Budget : environ 450 € par personne, trajets compris (214 €/pers. en covoiturage à 2)

Anecdotes : 2 vélos et le matériel de camping dans une 106. Le jour du trajet aller c'était la canicule et il faisait plus chaud dans le nord que dans le sud, le lendemain, il a plu. Pour rentrer, le contournement de Liège a été un enfer car la route de Luxembourg était déviée et non indiquée. Il a plu en moyenne un jour sur deux, heureusement avec des accalmies. Il a fait super beau à Amsterdam sauf le jour du retour 8-)

J'y retournerai pour : Palluel, les marais, le centre historique minier de Lewarde, Arras et le Main Square Festival, Lille, Amsterdam

D'autres photos à venir.

Drôme des collines

Quelques photos de la rando de Pentecôte de l'année dernière...

Arrivée à Saint Antoine l'Abbaye

Pas facile de prendre une photo correcte à dos de cheval !

La fantastique Nelia...

Je n'ai pas pris beaucoup de photos alors il faut imaginer des collines verdoyantes, des bois, des champs, des haies d'églantiers en fleurs, des petits chemins de terre, des noyers... c'est la Drôme des Collines à cheval...

Vélorail en Ardèche

Le vélorail des Gorges du Doux emprunte sur douze kilomètres la ligne historique du Chemin de Fer du Vivarais, construite en 1891 entre Boucieu-le-roi et Lamastre. L'aller se fait en pédalant tranquillement sur la cyclo-draisine : 12 km de descente et faux plats. Le retour se fait en autorail, en service depuis 1938. Taillée à flanc de montagne avec de nombreux ouvrages d’art, la ligne est l’unique moyen de découvrir les paysages magnifiques des Gorges du Doux, affluent du Rhône au nord de l’Ardèche. Le vélorail est ouvert d'avril à octobre et il est fortement conseillé de réserver.

Sentier d'autrefois à St Vincent de Mercuze

Je suis retournée dans un endroit bien sympa, sur le sentier d'Autrefois à St Vincent de Mercuze en Chartreuse (j'en parle ici).

Le sentier chemine le long du torrent de l'Alloix et côtoie plusieurs cascades. Le niveau du cours d'eau est plus bas en cette saison qu'en début de printemps. Aussi les cascades sont moins belles mais le chemin plus praticable.

La végétation est luxuriante, l'ombre des arbres, le ruisseau et les cascades apportent la fraicheur recherchée en plein été. Il est possible de se baigner dans les vasques.

Le doux parfum des cyclamens s'associe au son des cascades pour nous faire passer un moment très agréable. Le sentier est bien entretenu en cette fin d'été.

Passage sous la grande cascade :

Le sentier fait une boucle, la montée se fait le long du torrent en sous bois, la descente par une piste assez large très praticable.

Lac Achard

Le lac Achard est une rando classique pour les grenoblois. Le départ se fait à Chamrousse après le pont de Bachat Bouloud par le sentier qui monte à gauche de la route. La montée de 170 m de dénivelé se fait en une heure environ. Elle est vraiment accessible à tous. Le sentier est pratiquable l'hiver en raquettes ou avec des chaussures étanches. Au printemps le sentier est assez humide et glissant par endroits. Les montées et les descentes se succèdent.

Aujourd'hui un ciel sans nuage permettait de profiter d'une vue dégagée sur le Vercors (Mont Aiguille bien visible) et le massif du Taillefer juste en face.

Plateau de l'Arselle en contrebas et Vercors à droite :

Le lac est un endroit paisible pour passer quelque temps. Les jours d'affluence sont bien sûr à éviter. Le lac est vert avec quelques roseaux ici et là, l'élément minéral est présent, de nombreux pins, dont des pins à crochets, complètent le décors. Des tourbières se sont formées sur le plateau.

Tourbière :

La faune locale est constituée entre autres de sauterelles, de tritons, de libellules, de marmottes et de tétra-lyre. Aujourd'hui les marmottes étaient très présentes, mais seulement par leurs sifflements ! Et puis en redescendant j'ai eu la chance de voir un écureuil tout noir passer de branche en branche.

Lac Fourchu (2)

Certains endroits sont enchanteurs. Ils nous font voyager en quelques kilomètres seulement dans des contrées lointaines.

A une heure de route de Grenoble débute le sentier menant au lac Fourchu. J'ai eu l'occasion de m'y rendre l'année dernière en début d'automne (voir ici). Et aujourd'hui j'y ai fait une bien jolie randonnée. L'herbe est encore verte, se teintant de roux par endroits, les nuages souvent présents, le vent toujours aussi froid.

Lac de Poursollet

Avant la montée :

Lors de la montée :

Le Lac Fourchu mérite qu'on en fasse le tour, que l'on patiente jusqu'à ce que les nuages laissent la place au soleil.

Linaigrettes et tourbière :

Le vallon situé à l'une des extrémités du lac cache de jolies merveilles. Il serait dommage de faire une heure de montée et de ne pas profiter de la vue offerte si nous poussons nos pas en haut de ce vallon.

Vue sur la Meije et le massif de l'Oisans :

On peut se trouver un coin abrité du vent pour lézarder au soleil avec la vue sur les Grandes Rousses, les Aiguilles d'Arves et le massif de l'Oisans.

Retour au lac Fourchu, le Taillefer et le Rocher Culasson :

Grand Veymont

Il y a des montagnes qui font rêver. Le Grand Veymont, sommet culminant du Vercors me fait un peu cet effet là car tout le monde en parle et je ne l'avais jamais gravi. Le Mont Aiguille est aussi rangé en bonne place parmi les sommets qui me fascinent. Ce promontoire qui se détache des falaises du Vercors est vu de loin et pourtant il est bien caché. Pour le voir il faut sans cesse se contorsionner et sur la route il risque toujours de me faire louper un virage. A chaque sortie rando que j'entreprends je me dis que je devrais aller du côté de ce mont mythique mais toujours quelque chose m'arrête, un peu comme s'il était tellement inaccessible qu'il ne fallait pas s'en approcher de trop près. Ou tout simplement parce que j'ai envie de faire durer le rêve, pour me dire que j'ai encore quelque chose à réaliser dans ma vie : voir le Mont Aiguille. Eh bien c'est maintenant chose faite.

Hier je cherchais une rando à partir de photos de la région. Et il fallait qu'elle dure suffisamment longtemps car nous devions être sorties de la ville avant 7h et rentrées en soirée, à cause de la course cycliste perturbant la circulation. Les conditions étaient parfaitement réunies pour que nous montions au Grand Veymont.

Voici un rapide descriptif de la rando : 1110 m de dénivelé, 6 h, 9 km, au départ de Gresse en Vercors qui se trouve à une bonne heure de route de Grenoble. A Gresse, se rendre au bout de la route au parking des remontées mécaniques. Prendre direction "Pas de la Ville". A ce pas, continuer à gauche, le sentier n'est plus balisé mais plus loin des cairns indiquent la direction à suivre jusqu'au sommet du Grand Veymont. A part la longueur, si on suit bien le sentier, cette randonnée ne présente pas de difficulté véritable par temps sec à la belle saison. Je suis quand même contente d'avoir enfin réussi à faire une rando de plus de 1000 m de dénivelé, car jusqu'à maintenant je me limitais à des 600 m grand max.

Aujourd'hui nous avons été gâtées. Au pas nous avons vu sur les pentes côté ouest quatre bouquetins. Le panorama au sommet est géantissime, à 360° sur les sommets des Alpes et les hauts plateaux du Vercors, sans oublier le Mont Aiguille juste devant. Parmi les sommets que j'ai vus : l'Obiou, les Aiguilles d'Arves, la Meije notamment. Le Mont Blanc n'était pas visible aujourd'hui, non plus que le Mont Ventoux.

J'ai déjà prévu d'y retourner par temps dégagé et plus ensoleillé, même si mine de rien j'ai pris un coup de soleil sur le visage. Le vent, le froid et un début de grêle au sommet nous ont fait redescendre bien plus vite que prévu. Un peu après le pas de la ville, j'ai failli tomber nez à nez avec un bouquetin parfaitement paisible. J'adore ces bêtes !! Il s'est laissé photographier sans broncher et a même regardé l'objectif. C'est pas du tout farouche comme les chevreuils par exemple.

Un peu plus bas c'était le règne des marmottes. Ces grosses boules de poils bien dodues ne se sont pas laissées photographier.

Lac du Lauvitel

La première fois que Gégé et moi avons fait la randonnée du lac de Lauvitel c'était il y a 6 ans. Cela nous avait laissé un souvenir impérissable : un sentier pierré en limite du sous-bois, des vaches paissant dans la prairie aux abords du lac, des touristes, et des tennis inadaptées. Il fallait la refaire car les photos prises ce jour-là sont restées dans l'appareil jetable. Plus sérieusement, Gégé trouvait le lac parmi les plus beaux et ça me disait bien d'y retourner en semaine pour ne pas subir la foule habituelle. Et secrètement j'espérais rencontrer des marmottes qui viendraient quémander des sucreries ! Les gourmandes...

Aujourd'hui nous y sommes donc retournées et avons pleinement pu profiter de tout notre temps pour admirer et sentir les fleurs notamment. Parties à 9h de la Danchère, en 1h45 nous étions au lac. Une fois là-haut la prairie nous a invitées au farniente. De temps en temps, des sifflements nous avertissaient de la présence d'autres randonneurs. Mais point de marmotte en vue ! De toute façon, nous nous serions abstenues de partager notre repas avec ces charmantes bêtes car un panneau indiquait que l'eczema risquait ainsi de les guêter, avec une mort prématurée en prime ! Nous nous sommes même demandées s'il serait encore possible de les approcher si tout le monde respectait cette interdiction.

L'aspect des lieux n'est pas le même d'une saison à l'autre. En été, la prairie se transforme en pâturage, et la lumière de l'après-midi ainsi que le nombre des randonneurs donnent l'impression de réduire l'espace. Ce matin, un grand vent parcourait la prairie, semée de fleurs printanières, pensées et narcisses blancs surtout.

Nous sommes restées lézarder quelque temps dans cet écrin de verdure. Une balade ressourçante en somme !

Lac du Crozet (2)

J'aime cette balade au lac du Crozet. Idéale dans sa durée : 2 h en montée avec vue sur la Chartreuse, un parcours sous les arbres, un lac à l'arrivée. En ce début juin il y avait encore de la neige par endroits, mais le chemin reste toutefois praticable même s'il oblige à passer parfois sur le manteau blanc. Je précise que sans raquettes on y arrive très bien. Habituellement je randonne en après-midi. Exceptionnellement nous sommes parties le matin pour éviter l'orage annoncé dans l'après-midi. Le temps était idéal, il m'a rappelé que j'adore les heures matinales même si souvent le WE j'ai du mal à me lever tôt. Ces heures où le monde s'éveille, où la ville est encore endormie quand on la traverse, l'air frais, le soleil prometteur et les oiseaux inspirés. Nous avons débuté la rando à 7h30 et avons lézardé près du lac avant de redescendre tranquillement. Paisible matinée... terminée au marché ! Allez voici quelques photos.

Torrent et cascades de l'Alloix

La saison des randos vient de reprendre pour moi. Samedi dernier j'ai profité d'une journée de printemps radieuse pour faire une balade que je convoitais depuis plusieurs mois. Elle ne présente pas de difficulté particulière à condition qu'il n'ait pas plu récemment. En tout cas elle s'est déroulée sans encombre ce jour-là. Cependant il faut bien mettre en garde les randonneurs contre certaines conditions météo à risque, comme indiqué sur le panneau rencontré en chemin.

Ce site très bien balisé et entretenu, facile d'accès, reste cependant méconnu. Il a en tout cas de l'attrait pour les photographes et les canyonistes. C'est une balade que je recommande. C'est sûr j'y retournerai et j'ai envie de le faire connaître autour de moi.

Accès : environ 30 km de Grenoble, départ du parking de la piscine de Saint Vincent de Mercuze (massif de Chartreuse, Grésivaudan)

Suivre le sentier balisé "Chemins d'Autrefois". Après la cascade de la Gouille Michel continuer jusqu'à la grande cascade, remonter le sentier qui passe dessous et redescendre par une piste jusqu'à la route, le chemin continue en face par un petit sentier en direction du hameau de Montalieu. Suivre à nouveau les flèches dans le hameau pour effectuer la boucle.

Une grande partie de la rando se déroule le long du torrent à l'ombre des arbres. Plusieurs fois le chemin traverse l'Alloix par des petit ponts de bois. Certains passages un peu difficiles sont équipés de câbles ou de barres pour poser les pieds. Une passerelle suspendue peut impressionner certaines personnes sujettes au vertige. Mais elle est vite franchie. Il est recommandé d'encorder les plus petits le long du parcours.

Je conseille d'effectuer le parcours de l'aval vers l'amont du torrent, cela semble plus facile et on doit ainsi mieux profiter de la vue. Je m'explique : passer d'abord par la cascade de la Gouille Michel et ensuite aller voir la grande cascade. Bien entendu, dans n'importe quel sens (à condition d'être garé dans le village en bas) on commence par monter. Seulement une partie du parcours longe le torrent et l'autre non. Et selon moi il vaut mieux être le long du torrent en montée.

En prenant bien notre temps sur tout le parcours (arrêts photos, pique-nique, goûter, comtemplation, papotage, etc.), il nous a fallu 6 heures pour boucler, en partant à midi. La balade peut se faire bien plus rapidement et la boucle peut être raccourcie en n'omettant aucune cascade, par exemple en retournant directement par la route en direction de la piscine au lieu de passer dans les derrières du château sur la fin. Il est également possible de faire un aller-retour vers une des cascades en passant dans un sens ou l'autre du parcours afin d'éviter la "difficulté" qui se trouve entre la cascade de la Gouille Michel et la grande cascade pour les personnes qui n'ont pas l'habitude de randonner et qui ne sont pas en très bonne condition physique (attention je n'ai absolument pas dit qu'il fallait être sportif et surentrainé pour cette balade, loin de là !!!).

Pour être plus précis, il y a 295 m de dénivelé entre l'ancienne voie du tramway qui se trouve dans le village et la voie romaine située à une altitude de 650 m. Entre ces deux points la montée s'effectue donc en une heure et la descente en 45 minutes. 1h30-1h45 est la durée de la balade pour gens pressés qui ne prennent pas de photos et ne s'arrêtent pas en chemin, à condition d'avoir garé la voiture au plus près et de ne pas effectuer la "grande" boucle.

1 2 >

Sélectionner une date

juillet 2015
« 12345678910111213141516171819202122232425262728293031

Les cases à fond coloré signalent les dates de parution des billets. Les flèches permettent de se déplacer au mois suivant ou précédent.