Comme prévu, j'ai testé la fabrication d'eau florale. Mon souhait est de trouver des pétales de roses anciennes à distiller. Aujourd'hui j'ai fait le test avec des fleurs d'acacia (robinier faux acacia). Au hasard de mes pérégrinations à vélo, humant l'air, j'ai débusqué un arbre avec des branches assez basses pour que je puisse cueillir les fleurs sans mal. Je me suis maudite d'avoir retiré le matin même de mon sac la pochette contenant des ciseaux ! J'ai ainsi cueuilli sans peine et en peu de temps environ 300 g de grappes - ce qui est beaucoup trop pour cet usage, je m'en suis rendu compte après. En attendant leur utilisation je les ai placées dans leur sac de transport - en tissu - dans le bas du frigo. Je pense que je vais aussi faire quelques beignets !

Pour réaliser l'hydrolat j'ai eu besoin d'une vingtaine de grappes et n'en ai conservé que les pétales, étamines et pistils. Il est très facile d'oter le calice. En effet, en goûtant les différentes parties j'ai constaté que la saveur des sépales n'était pas intéressante (goût de petit pois). Une fois cette opération terminée, j'ai placé les pétales dans un litre d'eau froide au frigo pour une macération toute la nuit. Je ne sais pas si cette étape est essentielle... J'allais oublier un détail hyper important, la veille de la distillation j'ai préparé des glaçons (avec 1,5 litres d'eau liquide). Si j'avais anticipé, je les aurais faits sur la semaine avec mon unique bac à glaçons mais mon improvisation totale m'a amenée à utiliser des plastiques non réutilisables (quelle horreur !).

La distillation a pris une trentaine de minutes à partir de l'ébullition. J'ai installé ma préparation dans la marmite du cuit-vapeur au dessus de laquelle j'ai placé le panier avec un bol et j'ai refermé le tout avec le couvercle retourné sur lequel j'ai versé les glaçons afin de condenser la vapeur produite. Au fur et à mesure du processus, je remplaçais les glaçons fondus et écopais l'eau redevenue liquide avec une éponge (c'est ce que j'ai trouvé de plus pratique étant donné la faible profondeur du couvercle). Au final j'ai obtenu 150 mL d'eau florale. J'ai filtré l'infusion pour la boire dans la journée - il m'en reste pas mal, j'aurais peut-être dû poursuivre la distillation jusqu'à épuisement mais il me manquait et les glaçons et la patience. L'eau florale se conserve 3 mois au frais.

Je ne connais pas les propriétés de cette plante, mais l'eau de rose que je projette de faire est idéale pour les soins du visage, notamment pour combattre le vieillissement de la peau. Ce qui m'a décidé au DIY c'est qu'elle coûte très cher dans le commerce. Et parce que j'adore le DIY tout simplement. Je pense que le prochain sera la saponification dans l'optique de réaliser ma lessive moi-même.