Le sigrimoire

La nature est éternellement jeune, belle et généreuse. Elle possède le secret du bonheur, et nul n'a su le lui ravir George Sand

1 2 3 4 >

Les torsades magiques

Plusieurs modèles sublimes à mettre autour du cou ou sur les épaules sont tricotés avec les "torsades magiques".

Je me demandais comment faire ce motif car les explications que j'avais vues étaient en russe. Jusqu'à aujourd'hui. L'explication du point est maintenant disponible sur le blog de Sophie Gelfi qui a lancé un défi neckwarmer en septembre.

Et voici les magnifiques créations réalisées avec ce point magique :






Blocage

C'est un mot barbare qui n'a pas vraiment de traduction en français. Cela consiste à donner à un ouvrage au tricot ou au crochet sa forme définitive : on l'étire, l'humidifie et on laisse sécher. Ensuite l'ouvrage est "bloqué".

Le blocage a toute son utilité au tricot-dentelle, et avant l'assemblage de "blocs", comme des carrés au crochet par exemple, afin qu'ils aient les bonnes dimensions.

C'est justement le plaid que je suis en train de faire. J'ai crocheté tous les carrés, mais avant de les assembler, il faut que je les bloque. J'ai vu de super dalles sur des sites anglophones en mousse dense, graduées et quadrillées. Malheureusement je n'ai pas trouvé à en acheter. Cela semble même inconnu, en tout cas à la mercerie où je suis allée en début de semaine. Alors il fallait bien trouver une solution. On peut prendre les dalles carrées qui s'emboitent comme des puzzles qu'on trouve dans les magasins de sport. Mais je voulais quelque chose de peu encombrant et bon marché.

J'ai trouvé : un tapis de mousse qui se plie en huit pour être trimballé dans son sac de gym. Ce qui est cool c'est qu'il tient en entier sur ma table. Je peux bloquer 16 carrés à la fois et je l'ai eu pour moins de 5 euros. Alors j'ai tracé des carrés de 12 cm de côté au stylo pour me servir de gabari et j'ai bien fait d'acheter une boite de 310 épingles car je les ai presque toutes utilisées.

Mes 16 premiers carrés sont épinglés, mouillés (avec le jet de mon fer à repasser) et ils tentent de sécher. Résultat au réveil. Et moi je me couche car c'est fatiguant mine de rien d'épingler. Sans compter qu'avant j'ai rentré les fils. Il me restera encore 58 carrés à bloquer avant de passer à l'assemblage. Etape essentielle pour avoir de parfaites finitions.

Trésor

Chez ma mère il y a un trésor : des pelotes qui attendent depuis trente ou quarante ans de prendre forme. Alors quand j'y vais je fais un tour dans le stock avec les mains qui me démangent. J'ai découvert un fil bleu et blanc avec du brillant, ça paraissait tout à fait moderne mais il ne restait plus qu'une pelote. J'ai crocheté des carrés bohème avec pour en faire une petite écharpe que je continuerai aux prochaines vacances. Avec les autres pelotes j'ai appris que ma mère avait tricoté un pull pour mon frère quand il était petit.

J'ai retrouvé le sac à ouvrages rempli d'échantillons que j'avais faits pour tester des points quand j'étais encore à la maison : jacquard et torsades. J'ai profité de ces quelques jours de vacances campagnardes pour le compléter de quelques grannys "Moulin à vent". Avec plein de couleurs différentes et des pics à brochettes du dernier barbecue j'ai improvisé mon premier ojo de dios. Il a dû plaire à ma mère puisqu'elle l'a mis au mur. J'avais en projet d'en faire plusieurs pour les accrocher dans son jardin au dessus de l'endroit où j'installe mon hamac. J'ai aussi fait quelques cordons en kumihimo et appris la technique aux enfants - qui se sont vite lassés. En me voyant faire les carrés de mon futur plaid, ma nièce Appoline m'a bien fait rire quand elle m'a dit qu'elle ne désespérait pas de réussir un jour à crocheter.

Et puis j'ai fait marcher ma mémoire et retrouvé le point champ de blé pour commencer un snood avec de la laine BdF d'un bleu-gris - que je viens de terminer et dont voici un aperçu.


Pendant les vacances j'ai aussi continué mon plaid Bohemian Oasis, j'ai plus que 4 ou 5 carrés à crocheter. Ces petits ouvrages m'ont été bien utiles pendant les voyages en train.

Bon je n'ai pas fait que bidouiller de la laine, accessoirement j'ai testé à quatre mains le gâteau basque de Pierre Hermé et quoi qu'on en dise - et malgré toutes les galères pour étaler la pâte - c'était réussi. J'ai aussi réparé un vélo qui n'avait pas servi depuis une quinzaine d'années. J'ai aussi bien profité d'un autre trésor : le jardin.

Vacances champêtres d'une citadine...

Bohemian Oasis

J'ai déjà transformé plus de 6 pelotes de Delight en carrés pour mon plaid Bohemian Oasis (Drops). Pour chaque pelote j'en crochète 9 excepté pour le colori n°9 duquel j'ai réussi à extraire 11 carrés. Mes grannies mesurent pourtant bien 12 cm de côté comme spécifié sur le modèle. Je crochète actuellement l'avant dernière pelote de la couleur n°10. Ensuite je pourrai passer à l'assemblage mais ça me plait beaucoup moins...


Tricoter en rond

Si crocheter en rond est chose facile, voire même plus simple que crocheter droit, tricoter en rond peut donner du fil à retordre. Les aiguilles circulaires ont longtemps été pour moi une énigme. Faisons un petit tour des techniques du tricotage en rond :

  • Avec un TRICOTIN, qu'il soit classique pour faire des cordelettes ou géant, manuel ou mécanique. Inconvénient : un nombre fixe de mailles.


  • Avec des AIGUILLES CIRCULAIRES  de façon classique avec une longueur d'aiguille adaptée à l'ouvrage, c'est très simple :

Knitting in the round on circular needle from Garnstudio Drops design on Vimeo.


  • Avec des AIGUILLES CIRCULAIRES  et la technique du MAGIC LOOP quand la circonférence de l'ouvrage est inférieure à la longueur des aiguilles. Elle consiste à faire sortir un bout de câble entre deux mailles pour raccourcir le cercle :


  • Autre solution pour tricoter des petites circonférences : utiliser DEUX AIGUILLES CIRCULAIRES  :


  • Avec des aiguilles DOUBLES-POINTES. Avec deux on fait des i-cords. Et à partir de 4 on fait des tubes de toutes les tailles possibles.

Tricoter en rond avec des aiguilles double pointes from Knit Spirit on Vimeo.


Personnellement j'aime bien le magic loop, je le préfère d'ailleurs aux doubles-pointes car c'est plus facile à manipuler et puis avec je n'ai pas de formation d'espace entre les mailles comme quand je passe d'une aiguille DP à l'autre. Je pense que c'est plus rapide aussi. En fait avec des aiguilles circulaires on peut tout faire.

Quand on doit tricoter du jersey il est plus simple et plus rapide de tricoter en rond sur aiguilles circulaires. De plus ça donne un rendu plus régulier que l'aller-retour (car c'est rare que l'on tricote avec la même tension à l'endroit et à l'envers). C'est d'ailleurs la méthode dédiée aux pulls de type islandais en jacquard. Pour faire des gilets, l'ouvrage est également tricoté d'une seule pièce, puis coupé et cousu à la machine (si si !!!). Précision pour les néophytes : en allers-retours pour avoir du jersey on doit alterner les rangs de mailles "endroit" et les rangs de mailles 'envers". Alors qu'en rond pour avoir du jersey tous les tours sont tricotés en mailles endroit. Le jersey est au tricotage en rond ce que le point mousse est au tricotage en allers-retours.

Astuces tricotesques

J'ai découvert quelques moyens de me faciliter le tricot :

  • Tricoter avec des aiguilles circulaires assez courtes pour les allers-retours. Encombrement minimum et légèreté.
  • Utiliser la méthode continentale, ça va plus vite et ça fatigue moins les mains, le mouvement est plus naturel et plus proche de celui du crochet.




  • Le joint russe pour raccorder deux pelotes et éviter d'avoir à rentrer des fils :

Russian join from Garnstudio Drops design on Vimeo.




  • Nouvelle trouvaille pour suivre les explications :




  • Pour compter mes rangs, je prends une cordelette, et je fais autant de nœuds dessus que de rangs à faire. A la fin de chaque rang je défais un nœud. Avant de faire un nouveau motif je fais la quantité de nœuds dont j'ai besoin. Et ainsi de suite. Ça évite de faire des bâtons sur des bouts de papier et à l'extérieur c'est plus pratique.

Col Brise dans les blés

Je me suis éclatée comme une petite folle en crochetant ce col dont j'ai déjà parlé ici. Je l'ai nommé "Brise dans les blés" pour exprimer l'ondulation et les épis que représente le point. J'ai monté 90 mailles avec un crochet de 5 mm et continué en rond.


J'ai choisi une laine moyennement épaisse : Karisma de Drops, dans le colori Olive (je voulais du kaki). Initialement je voulais le faire en gris-violet mais le fil était en rupture de stock (trop de succès sûrement !!!). Il m'a fallu 3 pelotes et j’ai fait un peu moins de 2,5 répétitions du motif. Dimensions : largeur : 29 cm / hauteur : 24 cm

Je le trouve un peu petit, peut-être il faudrait monter 110 ou 120 mailles et crocheter 6 pelotes.

Lien vers la vidéo de tricotin.com expliquant le point

Lien vers le schéma

Echarpe à la fourche

Il y a deux jours je m'interrogeais sur la façon de faire une écharpe. A première vue il me semblait que c'était de la "dentelle à la fourche" et puis en l'observant un peu plus j'ai eu un doute. J'ai vraiment cru un moment que j'aurais extrêmement de mal à trouver comment la faire. Mais en faisant une recherche sur le crochet à la fourche je suis tombée sur des modèles y ressemblant fortement, ce qui a confirmé ma première intuition.

écharpe à la fourche grise

Ne connaissant pas cette technique j'ai cherché des vidéos pour l'apprendre, et franchement ça me parait très simple. Donc pour résumer, cette écharpe est réalisée avec trois bandes reliées deux à deux en prenant 5 ou 6 boucles de chaque bande. En partant sur l'hypothèse de 6 boucles, pour laquelle je penche, je dirais qu'il faut monter 432 "mailles" sur la fourche.

Pour voir les tutos expliquant la façon de procéder c'est ici.

Ci-dessous une autre écharpe qui me plait encore plus. Elle est réalisée avec 4 bandes sur le même principe que celui du tuto de Bernat mais les franges sont remplacées par du point de Salomon terminé par des nopes.

Tutos pour réaliser une écharpe à la fourche

Voici les tutos de bernat.com pour réaliser les écharpes dont je parle ici.

Lire la suite

Les sans-modèle

C'est presque devenu un jeu, ce petit défi que je me lance de tricoter des ouvrages pour lesquels je n'ai pas le modèle pour diverses raisons comme :

  • disponible mais dans une langue comme le russe ou le japonais
  • plus dispo
  • peut-être dispo (et gratuit) mais encore non trouvé
  • article en vente tout fait mais c'est pas drôle d'acheter une écharpe qu'on peut faire soi-même
  • accessoire découvert fortuitement et furtivement en croisant une nana bien fringuée dans la rue

Le challenge est de réussir à reproduire le modèle sans explications ou avec seulement des bribes éparses (et dans 3 langues différentes). En fait c'est ça qui est fun, c'est un peu comme aller aux champignons. Ce qui se fait désirer, ce qui résiste a plus de saveur. Et vous savez quoi... j'ai un secret : quand on veut quelque chose il faut à un moment donné ne plus chercher.

Voici quelques-uns de mes sans-modèle (et encore non - totalement - élucidés), on reste dans les écharpes :


Celle-ci est faite de deux parties symétriques reliées entre elles aux extrémités et par un long ruban crocheté (d'une longueur de plus du double de celle de l'écharpe) passant dans les trous des torsades qui constituent l'épine dorsale bordées de ce qui me semble être du point de blé.


La bleue me titille bien, pas du tout en voie d'être élucidée, il faut que je l'observe attentivement... Serait-ce de la dentelle à la fourche ? J'hésite !


Une façon originale d'utiliser le point de crocodile sans faire too much, elle est au crochet.


Une grosse torsade.


1 2 3 4 >

Sélectionner une date

octobre 2013
« 12345678910111213141516171819202122232425262728293031

Les cases à fond coloré signalent les dates de parution des billets. Les flèches permettent de se déplacer au mois suivant ou précédent.